Veuillez entrer vos identifiants.  
Connexion
La Communauté de communes du Pays de Faverges a inauguré, le 16 avril 2013, sa toute nouvelle gendarmerie. Un équipement-clé dans le développement et la sécurité du territoire, dédié à la mémoire du major Jean-Claude Liard, tragiquement disparu en service en août 1993 à Saint-Ferréol.


Gendarmes, officiels, élus, partenaires et représentants d’entreprises se sont déployés dans l’enceinte de la nouvelle gendarmerie du Pays de Faverges pour assister, ce 16 avril 2013, à l’inauguration d’une caserne flambant neuf et déjà bien intégrée dans le paysage favergien, en milieu de plaine, cernée de montagnes et pointant sa perspective vers le Mont-Blanc.

480 m2 d’espace de travail, treize logements et un appartement pour gendarme adjoint sont ainsi mis à la disposition de la brigade par la Communauté de communes dont la présidente, Sylviane Rey, a rappelé que cet équipement répondait aux normes THQE (Très Haute Qualité Environnementale).

Financement

Coût de la construction : 3 300 946 € TTC
Subventions et dotations : 1 034 862,50 € répartis comme suit :
- Etat 382 567,50 €
- dotation de développement rural 208 004 €
- dotation d’équipement des territoires ruraux 250 000 €
- Conseil général 80 115 €
- Fonds parlementaires 114 176 €.

Le périmètre d’action de la brigade de Faverges s’étend sur 18 communes, de Sévrier au Nord, à Marlens au Sud, et de Talloires à l’Est jusqu’à Leschaux à l’Ouest, représentant environ 29 000 habitants.

Caserne Jean-Claude Liard
La nouvelle gendarmerie a reçu le nom de caserne Jean-Claude Liard, en hommage au major Liard qui, ayant pris le commandement de la brigade de gendarmerie de Faverges en août 1992, est décédé en service lors d’une intervention à Saint-Ferréol le 20 août 1993.
Au cours de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle gendarmerie, une plaque commémorative a été dévoilée par Sarah Pereira-Liard, petite-fille du major Liard.
Dans son discours, le Colonel Bertrand François a déclaré que l’ensemble de la compagnie était très touchée de la présence de toute la famille de Jean-Claude Liard, qui «a laissé, en un peu plus d’une année, le souvenir d’un militaire très impliqué dans son commandement, qui a servi la patrie avec une grande détermination et beaucoup de courage».



Historique de la gendarmerie de Faverges
En 1875, date de la création de la ligne de chemin de fer Annecy/Albertville, la brigade de gendarmerie de Faverges était implantée dans un bâtiment située rue Victor Hugo, en face de l’actuelle boucherie Jargot (brigade à l’effectif de cinq personnes).
Dans les années 1900 à 1914, la gendarmerie s’est déplacée dans un nouveau bâtiment rue de la République, à l’entrée de l’actuelle place Serand (bâtiment qui n’existe plus).
Après la seconde guerre mondiale, l’effectif est porté à huit militaires, conséquent pour l’époque, et la brigade commandée par un adjudant.
En 1958, la brigade devenant trop petite et vétuste, la Municipalité décide de la construction d’une nouvelle brigade roue de Viuz. Le bâtiment, inauguré le 1er juillet 1962, comprenait douze logements. A l’époque, deux unités sont regroupées à Faverges, huit gendarmes pour la brigade territoriale et quatre militaires pour la brigade moto. Cette unité à double fonction a perduré jusqu’en 1970, date de la dissolution de la brigade motocycliste, pour devenir une brigade exclusivement territoriale à l’effectif de douze militaires.
En 1999, la brigade de Saint-Jorioz a été créée sur une partie de l’assiette territoriale de Faverges (reprenant les communes de Saint-Jorioz, Duingt, Entrevernes, La Chapelle Saint-Maurice, Saint-Eustache et Leschaux). En 2003, l’apparition de la sectorisation puis des communautés des brigades a contribué à la création de l’actuelle communauté de brigades de Faverges-Saint-Jorioz, avec un tableau des effectifs autorisés actuellement porté à 23 militaires.